• Accueil
  • > Que peut-on attendre de ce nouveau quinquennat ?

Que peut-on attendre de ce nouveau quinquennat ?

Quels que soient le président et les députés élus, L’Etat n’aura jamais les moyens de satisfaire tous les désirs des les Français, de faire vivre chacun comme il l’entend. Malheureusement, en déposant son bulletin de vote dans l’urne, chaque électeur pense avoir investi son » candidat espoir » et s’en va avec le sentiment d’avoir planté un arbre qui va lui donner des fruits. Hélas, il ne se passe pas un an sans que cet électeur découvre qu’il n’a rien vu se réaliser des promesses de ce candidat qui lui promettait ponts et merveilles. D’où, à chaque fois, la désolation et la haine contre ces élus, traités de  » menteurs » et de profiteurs.

 Les quinquennats se suivent et se ressemblent. On se souvient de l’euphorie qui a suivi l’élection de Nicolas Sarkozy. Le tout Paris était en fête et tout le monde pensait que c’était l’homme providentiel qui allait enfin réaliser les rêves de tous ces électeurs enthousiastes qui avaient voté pour lui. Sa cote de popularité avait atteint 65% en juillet 2007 pour chuter à 22% en mars 2011.


Et vint ensuite François Hollande, espoir des Socialités, dont l’élection a été célébrée dans un PARIS tout en lumière et par des partisans ivres de bonheur, voyant en leur idole l’homme qui allait concrétiser leurs espoirs, promouvoir l’économie française et mettre fin à la hausse du chômage. Quelle fut leur déception quelques mois après !

 Au fur et mesure que les mois et les années passent, la cote de François hollande baisse de plus en plus et son autorité déchoit aux yeux même de son entourage. Estimée à 55% en juillet 2012, sa cote de popularité a chuté à 21% en janvier 2014, à 19% le mois suivant, à 13% en septembre 2014 pour ne plus être qu’ à 11 % en novembre 2016.

 Emmanuel Macron qui accède à la magistrature suprême après une alternance jugée stérile par une majorité des Français, est arrivé dans une atmosphère exceptionnelle. Jeune, bel homme, diplômé de l’ENA, super intelligent d’après sa propre épouse et ancienne professeur, ce nouveau président qui vient donc avec une aura remarquable, semble disposer aujourd’hui de tous les atouts pour faire mieux que ses prédécesseurs : la confiance du peuple français et une majorité absolue à l’assemblée nationale . En sera-t-il ainsi ? On le saura dans les prochains mois…

 Rappelons que d’une présidentielle à une autre, d’élections en élections, l’espoir et les attentes des électeurs naissent, grandissent, puis s’amenuisent peu à peu avec le temps et finissent par s’estomper. Le président » idole » devient ainsi l’homme à abattre.

 Espérons qu’Emmanuel Macron échappe à la règle. Souhaitons que ses promesses soient tenues et qu’elles ne soient pas que des  » parolé, parolé » comme dit la chanson de Dalida et Alain Delon. Les électeurs français font de moins en moins confiance aux politiciens. La preuve en est la forte abstention qui a atteint un taux record cette année ( plus de 50%), ce qui risque, à l’avenir, de constituer un véritable problème démocratique…

 

Laisser un commentaire