• Accueil
  • > QUEL GOUVERNEMENT POUR LA FRANCE DE DEMAIN ?

QUEL GOUVERNEMENT POUR LA FRANCE DE DEMAIN ?

A l’ échéance de chaque présidentielle, les électeurs français ne savent plus pour qui voter. Le président sortant est toujours l’homme à abattre, auquel on reproche son incapacité de diriger les affaires de l’Etat. Il devient le président qui n’a pas tenu ses promesses électorales. Certains le taxent d’incapable voire même de menteur.

Hier encore, Nicolas Sarkozy hissé comme une idole par une grande partie de Français a fini son mandat comme un homme affaibli, malmené dans les sondages avec une cote de popularité en berne, aux alentours de 30 %. Son successeur François Hollande n’a pas été non plus épargné. L’homme de la coalition de gauche, l’élu qui incarnait l’espoir des Socialistes n’a pas tenu trop longtemps avant d’être désavoué .

Les derniers sondages (Elabe/BFM TV) révèlent que :

 

-86 % des Français ne sont pas satisfaits par les résultats de sa politique économique et d’emploi,

-73 % ne lui font pas confiance pour défendre les valeurs de la République,

-67 % trouvent que son action anti-terroriste est insuffisante

Le bilan de son quinquennat est jugé négatif par la majorité du peuple français. Seuls 36 % des sympathisants socialistes souhaitent encore aujourd’hui que François hollande se présente à nouveau pour un second mandat.

Même le président François Mitterrand, ce grand politique, leader incontesté des Socialistes a été pris à partie durant tout son deuxième mandat. On lui reprochait notamment les résultats jugés médiocres de son dernier quinquennat et le fait d’avoir, dit-on, caché « sa mauvaise santé » au peuple français.

Quel président  »extraterrestre  » faut-il alors pour satisfaire les désirs et les velléités de l’ensemble des Français ou du moins, une majorité d’entre eux ? A notre avis, le locataire de l’Elysée, quelle que soit son envergure politique, n’ endosse pas, à lui seul, la responsabilité d’un bilan négatif. On doit alors, pour être équitable, juger tout un gouvernement, voire le ou les partis au pouvoir.

Que messieurs Alain Juppé et François Fillon ne viennent donc pas, aujourd’hui, faire des reproches à leur ancien patron avec lequel ils ont collaboré pendant cinq ans…Un ministre qui n’approuve pas l’orientation politique du président de la République doit démissionner. Dans le cas contraire il reste responsable au même titre que lui. Il en est de même aujourd’hui pour l’équipe gouvernementale de François Hollande.

Cela fait des décades que la droite et la gauche françaises se détruisent et se jettent la responsabilité de leurs échecs réciproques. Cette lutte acharnée, à coups de hache, entre les deux clans et leur opposition systématique à tout ce que l’autre entreprend, ne peuvent servir à l’avenir, que les intérêts du Front National, un parti qui gagne, de plus en plus, du terrain et les suffrages des Français.

Pour éviter la victoire du FN , le PS et les « Républicains pourront-ils un jour s’entendre pour la formation d’un gouvernement d’union nationale ? Cela devient l’espoir de la grande majorité des Français et notamment ceux qui ne veulent adhérer à aucun parti politique …

Laisser un commentaire