• Accueil
  • > AL QAÏDA ET LES EVENEMENTS actuels dans le monde arabes

AL QAÏDA ET LES EVENEMENTS actuels dans le monde arabes

                                   

 

       Depuis le début des soulèvements des peuples arabes et la chute des régimes de Ben Ali et Moubarak en attendant celle de Kadhafi et Abdullah Salah, une question revient sans cesse dans les écrits et commentaires des observateurs politiques de par le monde, à savoir ce que seraient les futures relations des nouveaux dirigeants arabes avec l’Organisation d’Al Qaïda et son chef Oussama Ben Laden.

       Pour Mouammar Kadhafi il ne fait pas de doute que
la Qaïda est derrière les événements qui secouent actuellement son pays. Selon lui, sa chute amènerait indubitablement le chaos dans la région et serait même une menace pour la sécurité d’Israël. Cette interrogation qui reste parfois muette, est cependant visible dans l’esprit et le regard même d’un certain nombre de journalistes et d’analystes des événements politiques.  S’il est vrai que pour le moment toute affirmation dans ce domaine est prématurée, il n’en reste pas moins qu’une grande incertitude planera longtemps encore sur l’orientation politique exacte vis-à-vis de Tel Avive des nouveaux dirigeants arabes et de leurs futures assemblées élues. En attendant, examinons les points de convergence  entre
la Qaïda et la jeunesse arabe et les questions dans lesquelles elles restent en général  divisées et opposées.  

 

                     
LA Où LES DISCOURS DE B.L. FONT MOUCHE 

   La jeunesse arabe et musulmane d’une manière générale tend une oreille attentive à tous les discours de Ben Laden dirigés contre l’impérialisme et l’exploitation par l’occident des richesses du Tiers Monde. Que ce soit au Moyen Orient, en Afrique ou en Asie centrale les USA essaient, selon Ben Laden,  de s’implanter pour étendre leur hégémonie et ériger des régimes favorables à leurs intérêts économiques et stratégiques.

    Pour le chef de
la Qaïda «  l’Amérique est le plus grand ennemi de l’Islam ». C’est pourquoi il affirme que «  le Jihad contre cette super puissance est l’essence même de la foi ». Le soutien militaire et diplomatique accordé par Washington à Israël ne cesse en effet d’écoeurer les peuples arabes et musulmans qui y voient tout simplement un encouragement à l’entêtement de Tel Aviv et à son refus d’accepter un accord quelconque dans le conflit qui l’oppose aux Palestiniens. Les peuples arabes reprochent aux Etats-Unis d’avoir, depuis 1967, utilisé 39 fois leur droit de veto pour toute condamnation de l’Etat d’Israël à la suite de ses attaques meurtrières contre un  peuple désarmé. Ben Laden accuse également les différents gouvernements qui se sont succédés ces dernières décades à

la Maison Blanche, d’avoir toujours soutenu des régimes et des chefs d’Etat arabes impopulaires et corrompus. La plupart des jeunes intellectuels de ces pays estiment que si leurs dirigeants se maintiennent aussi longtemps au pouvoir c’est, affirment-ils, grâce à la complicité et au soutien de l’Occident et ce, en échange d’un manque de fermeté de ces « princes et raïs » à l’égard d’Israël et leur soumission aux directives des USA.

     Disons enfin que les peuples arabes ont applaudi toutes les prises de position de B.L. concernant l’invasion américaine et les massacres inhumains, inadmissibles commis par les bombardements des alliés en Irak et aujourd’hui encore en Afghanistan.

 

                     CE QUE

LA JEUNESSE ARABE REPROUVE 

                                 Chez Oussama ben Laden 

   A l’exception d’une minorité de barbus, les jeunes intellectuels aussi bien au Maghreb qu’au Moyen Orient rejettent en bloc toutes les idées du chef de
la Qaïda ainsi que ses injonctions relatives à l’hostilité et à la haine contre les occidentaux et condamnent l’activité terroriste prônée par les organisations islamistes.

    Cette même jeunesse arabe réprouve toutes les pratiques de l’Islam orthodoxe telles qu’enseignées et imposées par les adeptes de
la Qaïda qui ont administré l’Afghanistan de 1996 à 2001 avec : Port obligatoire d’une longue barbe par les hommes, Interdiction aux femmes de travailler, de sortir sans voile intégral, de se faire admettre dans un hôpital où exercent des médecins hommes, interdiction de la musique, de la danse, de la peinture, du dessin, des poupées pour les enfants, fermeture des salles de cinéma et interdiction des magnétophones et des costumes européens pour les hommes, obligation de se rendre à la mosquée aux heures de prière sous peine d’être arrêté, application des pires châtiments pour les prostituées et les homosexuels enterrés vivants ou écrasés sous un bulldozer etc.… 

    Un Islam modéré, une société musulmane démocratique,  libérale et pluraliste, ouverte au monde et à toutes les civilisations et religions : voila l’idéal auquel aspire aujourd’hui la jeunesse des pays arabes. Les craintes et appréhensions  de certains politologues peu avertis quant à un certain durcissement de l’attitude des futurs dirigeants à l’égard de l’Occident ou d’Israël sont donc mal fondés et ne reposent sur aucun critère sérieux. Mais encore faut-il que l’Etat hébreux révise sa politique d’occupation des territoires spoliés et décide une fois pour toutes de consentir l’effort nécessaire pour un règlement définitif de ce problème qui n’a que trop duré. 

    Avec le règlement de cette question délicate et une politique plus équilibrée et plus réaliste     des occidentaux dans leurs rapports économiques avec les pays arabes, Oussama Ben Laden sera contraint de prendre sa retraite ou restera tout simplement ignoré.

 

 

                        

     

      

Laisser un commentaire