• Accueil
  • > Une opposition française désemparée

Une opposition française désemparée

                 UNE OPPOSITION FRANCAISE DESEMPAREE 

 

                 A la différence des Présidents dela République qui l’ont précédé, Nicola Sarkozy ne se contente pas de régner mais veut gouverner. Il essaie donc de remplir son mandat de président et de tenir les promesses faites aux Français lors de la compagne présidentielle.

                 C’est un président jeune, donc plein d’énergie et de vouloir faire. Il se trouve malheureusement que sa fougue, son acharnement au travail, son pouvoir d’imagination et de création énerve et agace ses opposants. Ils ont peur que les Français l’apprécient, l’adoptent et le reconduisent pour un second mandat. Les Socialistes craignent une réélection de ce jeune président qui a montré jusqu’à présent une grande maîtrise dans la conduite des affaires de l’Etat et surtout une personnalité notable sur la scène internationale. C’est un DE GAULE en plus jeune.
La Gauche se voit de jour en jour devancée, dépassée par une Droite qui travaille, qui pense à l’avenir proche et lointain, qui crée, qui propose des solutions aux problèmes.

                  Que fait aujourd’hui la Gauche toutes tendances confondues ? Elle stagne et s’éternise dans une opposition systématique, une opposition stérile où elle a toujours excellé. Ayant réalisé que la critique, les insultes et les mensonges se sont avérés insuffisants et inefficaces pour stopper un Président décidé d’aller de l’avant, un homme qui ne cède pas, qui continue sa lancée vers l’avenir, les Socialistes cherchent comme à leur habitude à agir autrement, à créer la pagaille, à pousser les mécontents (qui ne sont autres que leurs propres adeptes déçus par leurs défaites successives), à sortir dans la rue pour crier leur déception, gesticuler et peut-être procéder à la casse.

                 On parle de trois millions de manifestants à propos de la retraite à 62 ans. D’abord ce n’est pas vrai ! Leur nombre atteint à peine le million. Et combien même ils seraient trois fois plus, ils ne représenteraient qu’une infime minorité des Français…En effet 1.679.0000 personnes adeptes ou sympathisants de
la Gauche avaient voté pour Ségolène Royal en 2007. Cela n’avait pas empêché Nicola Sarkozy d’être élu à la tête de l’Etat français. Que représentent donc un ou trois millions devant cette majorité écrasante de citoyens qui ont voté pour Sarkozy ? Un Président de
la République qui se respecte doit-il plier devant quelques centaines de mécontents manipulés par l’opposition ? Absolument pas. Ce serait vraiment une marque de faiblesse de sa part…

                 Madame Aubry veut, dit-elle, amener le gouvernement à discuter. Discuter ?…une raison peut être de redonner vie à une opposition agonisante, à des groupements en décadence et dont les chefs de file sont avides de  pouvoir, animés par le seul désir et le rêve d’occuper des fonctions ministérielles. Ce sont d’ailleurs les mêmes qui se trouvent toujours à la tête des cortèges des manifestants en compagnie de leurs complices traditionnels, les dirigeants syndicaux..

                Pour le Président Sarkozyla France à l’instar de la plupart des pays du monde, connaît suffisamment de problèmes auxquels il convient de trouver des solutions urgentes. Le temps n’est donc pas aux discussions vaseuses et inutiles mais à l’action. Et ce qui énerve et écœure les dirigeants de
la Gauche, c’est qu’ils ont affaire justement à un HOMME D’ACTION.  

                                                

                                                                       Mohamed  BOUHOUCH 

Laisser un commentaire